Les meilleures scènes: Étrange!

Publié: mars 20, 2007 dans Les meilleures scènes
 
 
 
Silencio (Mulholland Drive, 2001)
Betty et Rita ont l’impulsion d’aller à un spectacle tard la nuit ou un maître de cérémonie ne cesse de crier: "There is no band!!" On y voit ensuite une chanteuse offrir une performance émouvante malgré le fait que ce n’est que du lipsync. Le message est clair: Tout ce qui s’est passé dans le film jusqu’à ce point n’était qu’une illusion….Puis il y a ce cube bleu dont j’ignore la signification…
 
Pluie de grenouilles (Magnolia, 1999)
Cette scène biblique montrant des milliers de grenouilles déferlant sur la ville survient out of nowhere suivant une autre scène étrange ou tous les personnages chantonnent Wise Up d’Aimee Mann. Pour rendre la scène crédible, Anderson fait un zoom sur un cadre ou il est écrit "But it really happened!"
 
Frank (Donnie Darko, 2001)
Donnie se réveille la nuit avec un air hypnotique, et hallucine un lapin géant. Il s’empare d’un couteau et tente de crever l’oeil du lapin, mais son couteau est arrêté par une substance gélatineuse, tel un portail vers une autre dimension…
 
Destruction de bobine (Gremlins 2: The New Batch, 1990)
Lorsque je suis allé voir ce film au cinéma, la bobine s’est coincée et a prise feu. Les gens dans la salle était surpris et un peu frustrés que le spectacle s’arrête aussi brusquement….puis soudain, on a aperçu des ombrages de mains de Gremlins à l’écran!! Ca faisait évidemment parti du film…Notez qu’à la télévision, ce sont des interférences qui apparaissent au-lieu du brûlement de bobine.
 
Malkovitch! Malkovitch! (Being John Malkovitch, 1999)
Dans ce film, on emprunte un couloir et on se retrouve dans le cerveau de John Malkovitch…Mais qu’arrive-t-il si John Malkovitch lui même emprunte ce couloir? Tout le monde devient des John Malkovitch (hommes, femmes, enfants)
 
La pire toilette d’écosse (Trainspotting, 1997)
Renton échappe ses capsules de drogue dans une abominablement sale bolle de toilette, et y plonge tête première pour les retrouver, nageant dans la crasse.
 
L’ours et le sang (The Shining, 1980)
Wendy s’échappe de son mari fou (Jack), longeant les couloirs de l’Hotel, et entrevoit dans une chambre un étrange homme déguisé en ours s’adonnant (possiblement) à des actes sexuels. Par la suite, au rez-de-chaussé, une rivière de sang s’écoule des portes d’ascenseur.
 
 
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s