Les meilleures twists

Publié: juillet 24, 2007 dans Les meilleures scènes
 
 GARE AUX SPOILERS!!!!!!
 
 
The Matrix: Le monde actuel tel qu’on le connaît n’est en fait qu’une immense simulation dans laquelle les humains sont utilisés comme source d’énergie pour les machines dans un futur éloignée. Ce punch est vraiment arrivé out of the left field et quoique copié de Dark City. On pouvait prédire ce punch en écoutant attentivement Morpheus qui mentionne plusieurs fois à Néo la notion de rêve et de réalité comme quoi la Matrice nous entourre et voile la vérité.
 
The Sixth Sense: Un psychiatre pour enfant aidant un garçon étrange qui voit des fantômes découvre qu’il est lui même décédé et est un fantôme. Indices: Le ti gars lance des craques du genre: "Les fantômes ne savent pas qu’ils sont morts", et aucun autre personnage ne communique directement avec Bruce Willis tout le long du film.
 
The Others: Nicole Kidman emmenage dans une maison avec ses deux enfants où il se passe d’étranges phénomènes surnaturels. Elles croient la maison habitée par d’autres personnes. On réalise à la fin que les autres sont en fait les habitants vivants de la maison et que sont elle et ses enfants qui sont morts.
 
The Village: Des habitants sont confinés dans leur petit petit village des années 1900 car des monstres rôdent autour. Plus tard, une aveugle quitte le village pour aller chercher de l’aide et on réalise qu’on est pas dans les années 1900 mais bien à notre époque et que le village et les monstres n’est qu’un stratagème pour garder les habitants du village à l’écart des horreurs du monde moderne.
 
The Usual Suspects: L’agent Kuyan passe le film entier à tenter de trouver qui est Keyser Soze en questionnant un infirme du nom de Verbal Kint (Kevin Spacey) et réalise trop tard que c’est Keyser Soze lui même. Lors d’une 2e écoute, en observant le visage de Kevin Spacey, on s’apercoit qu’il sourit souvent sachant qu’il est en train de fourrer le détective. On voit aussi ses yeux scruter la salle à la recherche d’idées pour raconter ses balivernes.
 
Psycho: L’étrange tenancier d’un motel semble habiter avec sa mère contrôlante (et meurtrière). On réalise finalement que sa mère est longtemps décédée et qu’il est schizo et se déguise en elle pour commettre des meurtres. Brian De Palma a repris ce twist dans Dressed To Kill ou Michael Caine joue un psychologue se déguisant en blonde meurtrière.  "Mother is not herself today"
 
Memento: Un gars qui n’a plus de mémoire à court terme se donne comme seule mission dans la vie de trouver le meurtrier de sa femme, dont l’indice de base est qu’il s’appelle John G. À la fin du film, il croit avoir retrouvé le meurtrier, mais on réalise qu’il avait déjà trouver le vrai meurtrier il y a longtemps et mais se remet toujours sur une nouvelle piste afin de tracker un nouveau John G, histoire d’avoir une raison de vivre.
  
The Empire Strikes Back: Darth Vader, l’ultime ennemi de Luke Skywalker, s’avère être son père et choque des millions d’enfants autour du monde. Avec du recul, il est étrange de constater que dans A New Hope, lorsque Luke demande a Obi-Wan comment son père est mort, Alec Guiness ait choisi de jouer la scène en montrant une grande réticence pour la vérité. C’est un hasard car je ne crois pas qu’à cette époque Georges Lucas savait lui même que Vader deviendrait le père de Luke.
 
Primal Fear: Edward Norton joue un retardé qui s’est fait abusé par un prêtre qu’il a tué. Richard Gere joue son avocat, le défend et le disculpe, mais réalise qu’Edward Norton fakait d’être retardé.
 
Mulholland drive: Betty (Naomi Watts), une jeune actrice pleine de talents, rencontre une amnésique (Laura Herring) et l’aide à retrouver son identité et en tombe amoureuse. Dans une passe de pure mind-fuck vers la moitié du film, Betty sort de son rêve et on découvre qu’elle s’appelle en fait Diane, une actrice ratée travaillant dans un café, et que l’amnésique est une autre actrice qui lui a piqué son rôle (et son chum).
 
Fight Club: Un insomniaque sans nom (Edward Norton) rencontre un voyou du nom de Tyler Durden (Brad Pitt) avec qui il fait des mauvais coups et retrouve l’Homme sauvage en lui. On découvre à la fin que Tyler Durden n’est en fait qu’un dédoublement de sa personnalité. Note: Au début du film, avant même qu’on ne rencontre Brad Pitt, on peut voir des flash de Tyler Durden apparaître subliminalement au moins 5 fois.
 
The Truman show: Un homme ordinaire (Jim Carrey) vit paisiblement dans un petit village renfermé où les gens sont légèrement étranges et sa femme parle comme si elle était dans une infopub. On découvre alors qu’il fait parti à son insu d’un show réalité depuis sa naissance.  Le film est clairement monté pour que l’on se demande pourquoi il y a des angles de caméras bizarres (comme si les caméra étaient cachées) et pourquoi il y a des projecteurs qui tombent du ciel. Ce n’est que vers le milieu du film qu’on assiste à un genre de mini-reportage expliquant tous le concept de ce show réalité. Malheureusement, la bande annonce dévoile ce punch.
 
Planet of the Ape: Le président de la NRA (Charlton Heston) se ramasse sur une planète peuplée de singes, et réalise à la fin, en voyant la statue de la liberté détruite sur la plage qu’il est en fait sur la Terre et s’écrit avec beaucoup d’over-acting: " You blew it up! Ah, damn you! God damn you all to hell!"
 
Blade Runner Director’s Cut: Deckard (Harrison Ford) est chargé de détruire des replicants; des androides qui deviennent instables après 4 ans de service. Dans la version, du directeur, Deckard rêve d’une licorne blanche, et à la fin le chef de police dépose une licorne en origami sur le seuil de sa porte. Explications: Deckard est un replicant lui même.
 
The Crying Game: Un homme tombe amoureux de la femme d’un collègue décédé. Plus tard, il est sur le point de lui faire l’amour lorsqu’il s’aperçoit qu’elle est en fait un homme. Personnelement, j’ai toujours trouvé que Jaye Davidson (Stargate) ressemble plus à un homme qu’à une femme.
 
Alien: Ash, le scientiste du bord, se fait décapiter et pisse du sang blanc: C’est un androide.
 
Shattered: Dan Merrick (Tom Berenger) subit un accident de voiture et perd la mémoire. Il revit avec sa femme et tente de retrouver la mémoire. Il s’aperçoit que cette dernière avait un amant, et avec l’aide d"un détective tente de retrouver celui-ci. À la fin du film, il retrouve le cadavre de l’amant dans une poubelle…sauf que celui-ci à la face de Tom Berenger. Morale: Tom Berenger est l’amant qui s’est fait faire une chirurgie plastique, et l’accident de char était un complot pour tuer le mari.
 
Soylent Green: Encore le président de la NRA qui enquête sur une usine de biscuit dans un monde où la famine et la surpopulation font des ravages. Il réalise à la fin que des cadavres entrent dans l’usine et en sortent en biscuits. Bah. Est-ce vraiment pire que du McDo?
 
 
 
 
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s