Maudits menteurs!

Publié: mai 15, 2009 dans Les meilleures scènes
 
En regardant la Commission Oliphant et Bryan Mulroney qui patine, et en se souvenant de la Commission Gomery et de tous ces hommes qui racontent n’importe quoi pour se tirer d’affaire, çà m’a rappelé ces fameux menteurs:
 
Jerry Lundegaard (Fargo, 1996)
 
Ce vendeur de voitures neuves (William H Macy) ment comme un vendeur de voitures usagées. Il a eu la brillante idée de faire kidnapper sa femme dans le but d’exiger une rançon à son beau père, mais évidemment çà tourne mal et c’est désolant de le voir mentir maladroitement lorsque la police se pointe à son travail par la suite. Quel personnage pathétique.
 
       "…I didn’t do it ‘mam! My partners did it!…"
 
 
Frank Abagnale Jr (Catch me if you Can, 2002)
 
Cet escroc incarné par Leonardo DiCaprio empoche des millions grâce à de faux chèques et se fait passer pour un pilote d’avion, un docteur, un avocat et le Père Noel.
 
   " …but of course I can fly!… and I can cook too!"
 
 
Tom Ripley (The Talented Mr. Ripley, 1999)
 
Bien avant qu’il ne devienne Jason Bourne, Matt Damon a incarné avec beaucoup de subtilité ce sociopathe sexuellement ambivalent, meurtrier et surtout incroyablement menteur. N’empêche qu’il était tellement bon qu’on se surprenait à prendre parti pour cette détestable crapule.
 
 "…I promise I won’t kill Jude Law and steal his haircut…" 
 
 
Stephen Glass (Shattered Glass, 2003)
 
Oubliez sa performance têtanisée dans son rôle d’Anakin Skywalker, Hayden Christensen est hallucinant dans celui de ce journaliste politique qui fabrique tout plein de faux articles pour connaître le succès et qui veut cacher la vérité à son éditeur soupçonnant la fraude.
 
     "..I’ll give you my sources…as soon as I’ll invent them…"
 
 
Clifford Irving (The Hoax, 2006)
 
La vraie histoire de ce vrai écrivain (Richard Gere) qui a publié une biographie sur le fameux Howard Hughes, complètement montée de toutes pièces dans les années 70.
 
     "…Of course I met Hugues in person!.."
 
 
Guido Orefice (La vita è Bella, 1997)
 
Ce père juif (Roberto Benigni) est tenu prisonnié dans un camp de concentration nazi avec son jeune fils et fera croire à ce dernier que tout cela n’est qu’un jeu. Non, mais çà prend tu un papa innocent pour mentir de même à son garçon?!
 
   "…have no fear, the gaz chamber is all part of the game! " 
 
 
Verbal Kint (The Usual Suspect, 1995)
 
Oops…. J’en dis trop et je ne veux pas spoiler le film pour ceux qui ne l’ont pas vu.
 
               "…I am NOT Keyser Soze…"
 
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s