Les meilleurs moments d’Harry Potter

Publié: juillet 14, 2009 dans Les meilleures scènes
Les adaptations de ces romans m’ont toujours laissé un peu sur mon appétit lorsque je les ai vues au cinéma. C’est seulement dans le confort de mon salon que j’ai vraiment pu apprécier comment elles sont exceptionnellement bien faites. Étrangement chaque chapitre précédent devient meilleur à chaque fois qu’un nouveau sort en salle, comme quand on ressort un vieil album photo et qu’on se rappelle des souvenirs de famille. Pour moi, le meilleur est de loin The Prisoner of Azkaban, un chef-d’oeuvre visuel et le plus artistiquement réussi. The Sorcerer’s Stone est celui qui a le plus mal vieilli car il suit un peu trop le livre à la lettre et est donc routinier (et je ne mentionne pas les horribles effets visuels). La série est remplie de scènes fascinantes et voici mes moments favoris. (Notez que j’utilise toujours les termes anglais car j’ai pas lu les livres en français.)
 
10. L’arrivée à Hogwarts (The Sorcerer’s Stone)
L’arrivée d’Harry à son école en première année nous introduit dans ce monde fascinant où les tableaux sont en vie, les escaliers tournoient et les fantômes déambulent allègrement dans les corridors. L’école est remplie de pièces secrètes et de dangereuses créatures (pas très sécuritaire pour les enfants). Hogwarts est un personnage en soi.
 
 
 
9. Le Bal Yule (The Goblet of Fire)
Une petite scène digne d’un film d’ado mais qui renforce les relations entre les jeunes personnages, surtout Ron et Hermione. Bon, je me serais passé des chansons punk-rock des Weird Sisters qui vont probablement mal vieillir avec le temps (genre Lapti Nek dans Return of the Jedi!)
 
 
                  "…I’m bored. Anybody got weed?.."
   
 
8. Riddikulus! (The Prisoner of Azkaban)
Quelle excellente invention que les Boggarts, ces bestioles qui prennent la forme de ce qui nous fait le plus peur. Par chance, le sort "Riddikulus!" les rend inoffensifs en les transformant en quelque chose de ridicule (comme par exemple Snape en Grand-Mère). C’est l’équivalent magique de s’imaginer les gens à poil pendant un exposé oral.
 
 
 
7. Le Horntail d’Hongrie (The Goblet of Fire)
On a eu droit à quelques dragons relativement mémorables durant les dernières années (Dragonslayer, Dragonheart), mais le plus réussi est de loin celui durant la première épreuve du film. La voltige autour d’Hogwarts alors qu’il tente de bouffer Harry sur son balai est époustouflante. Les progrès des effets visuels me fait saliver à l’idée de ce que Smaug aura l’air dans The Hobbit qui sortira en 2010.
 
 
 
6. L’antre d’Aragog (The Chamber of Secrets)
Je hais les araignées et l’antre d’Aragog est peuplée de milliers d’araignées variant de 5 pouces à 3 pieds de diamètre (sans compter Aragog lui même qui en mesure 5 mètres). Cette scène superbement bien animée.
 
 
 
5. La Carte du Maraudeur (The Prisoner of Azkaban)
Le meilleur moment lorsque Harry navigue sous sa cape d’invisibilité avec cette carte qui démontre les mouvements de tous les habitants d’Hogwarts est évidemment celui où il y voit Peter Pettigrew qui est sensé être décédé. C’est rempli de mystère (et ce qui me fait marrer c’est qu’à chaque fois je pense au ministre Pierre Pettigrew.)
 
 
 
4. Qui est Tom Riddle? (Chamber of Secret)
Harry rencontre Tom Marvolo Riddle en trouvant par hasard le journal intime de celui-ci. Ce journal est possédé de son âme. Plus tard, dans la Chambre des Secrets, on apprendra que Tom Marvolo Riddle est un anagramme de "I Am Lord Voldemort" et que ce journal contient une parcelle de l’esprit de Vous-Savez-Qui. S’ensuit un excellent combat avec le Basilisk.
 
 
3. La résurrection de Voldemort (The Goblet of Fire)
Après quatre chapitres où l’on ne suggérait que la présence de Voldemort, on a enfin droit à sa résurrection en chair et en os. Il est incarné par un vicieux Ralph Fiennes. C’est à partir de ce moment précis que la série prend une sombre tournure totalement adulte avec l’assassinat de Cedric Gregory. C’est de loin la scène la plus importante de ce chapitre et toute cette compétition olympique ne sert que de prétexte à nous y rendre.
 
                     "…I said NO MUSTARD in my hot dog!…" 
2. Le Time Turner (The Prisoner of Azkaban)
Vous le savez, je suis un freak des voyages dans le temps. Alors à partir du moment où l’on voit Hermione et Harry retourner quelques heures dans le passé et retracer leur pas en évitant l’autre version d’eux même, j’étais en transe. La finale où Harry réalise qu’il a lui même fait fuir les Dementors pour sauver sa propre peau est un pur paradoxe temporel. C’est fascinant.
 
 
1. Voldemort contre Dumbledore (The Order of the Phoenix)
Après nous avoir montré dans les premiers films de la magie de routine tel débarrer des portes (Alohomora!), appeler un object (Accio!) ou créer de la lumière (Lumos!), on a fini par nous montrer des sortilèges un peu plus interessant comme les Patronus (Expecto Patronum!), le désarmement (Expelliarmus!) et de la répulsion (Reducto!). Mais c’est à la fin du 5e chapitre qu’on a enfin droit à une démonstration de vraie puissance lorsque les deux sorciers les plus forts s’affrontent dans une scène spectaculaire dont Gandalf serait fier. Je ne peux que frémir d’impatience à ce que nous réserve The Deathly Hallows lorsque qu’il y aura la bataille finale et ultime à Hogwarts.
 
 
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s