Mini-Critique: The Hurt Locker (2009)

Publié: juillet 29, 2009 dans Mini-Critique
De Kathryn Bigelow avec Jeremy Renner, Anthony Mackie, Brian Geraghty, Guy Pearce, David Morse, Ralph Fiennes et Evangeline Lilly.
 
Le maître du suspense Alfred Hitchcock stipule, dans sa fameuse théorie de "La Bombe sous la Table", qu’il n’y pas de terreur dans le bang!, mais seulement dans l’anticipation de celui-ci. À la fin de cet excellent film, on réalise qu’il n’y a eu que très peu d’explosions mais que pourtant on a été crispé sur le bout de notre siège tout le long. C’est un film simple sans flafla et c’est une leçon que devrait apprendre la plupart des réalisateurs hollywoodiens qui flambent des millions pour des films d’action cacophoniques mais tétanisants.
 
On suit dans The Hurt Locker la vie quotidienne d’une équipe de démineurs en Irak. Le sergent JT Sanborn (Mackie) et le spécialiste Owen Eldridge (Geraghty) ayant perdu leur désamorceur en chef (Guy Pearce) doivent maintenant s’adapter à William James (Renner), un nouveau venu dangereusement téméraire qui carbure à l’adrénaline. On les verra désamorcer des bombes dans des conditions insoutenables sous les yeux de la population Irakienne où n’importe quel civil est un détonateur potentiel.
  
Si l’histoire semble être propice à un typique polar hollywoodien (genre The Kingdom), il ne l’est pas. C’est un film plutôt psychologique avec une mise en scène de style documentaire à la fois immersive et agaçante (shaky-cam!!). Il explore ce qui motive des soldats à faire un métier aussi dangereux. Le tout est saupoudré de 6 ou 7 scènes intenses et particulièrement réussies. (et tout çà sans aucun agenda politique quelconque!)
 
Les héros du film, étrangement, ne sont pas les acteurs les plus connus. Les acteurs tel Ralph Fiennes et Guy Pearce ont que des rôles brefs (mais importants). C’est comme s’il l’ancienneté des acteurs leur donnait un statut de vétéran reflétant leur grade dans l’armée. Jeremy Renner qu’on a pu voir dans la peau d’un autre soldat dans 28 Weeks Later incarne ici l’un des personnages les plus insouciants que je n’ai jamais vu. C’est fascinant de le voir faire son travail. Le danger est comme une drogue pour lui. Prenons par exemple la deuxième mission où il enlève nonchalamment toute son armure parce qu’il sait que si ca pète il n’en sortira pas vivant et qu’il aimerait mieux mourir confortablement. 
 
Le film s’essouffle un peu au 2/3. Ce n’est pas que la qualité est moindre, mais plutôt qu’ils ont fait l’erreur de mettre les meilleures scènes dans la première heure. Ceci en fait un film imparfait, mais de très très peu. The Hurt Locker est tout de même le deuxième meilleur film que j’ai vu cette année.
 
Vu au cinoche
9.0 / 10
 
  

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s