Pause musicale

Publié: septembre 8, 2009 dans Les meilleures scènes
Parfois un réalisateur trouve la toune parfaite pour complimenter une scène. Je ne parle pas ici de trames sonores composées spécifiquement pour un film tel du John Williams pour Star Wars ou du Howard Shore pour Lord of the Rings, ou même de chansons de comédies musicales tel "Summer Nights" dans Grease ou "Good Morning" dans Singin’ in the Rain. Je parle de musique étrangère se faisant plugger dans un film et devenant indissociable du celui-ci comme par exemple "The End" des Doors dans Apocalypse Now ou "Born to be Wild" dans Easy Rider.
 
Voici mes choix préférés (et non ce ne sont pas les plus populaires, et c’est pourquoi on ne verra pas dans ma liste le pathétique "And I will Always Love You" de The Bodyguard ou "(Everything I do) I do it for You" de l’abominable Robin Hood: Prince of Thieves)
  
"Le Danube Bleu" de Johann Strauss dans 2001: A Space Odyssey (1968)
La plus belle scène spatiale que j’ai vu où la navette valse en approchant la station orbitale. Ce fabuleux morceau classique complète la scène qui, on le sait, ne comporte aucun autre effets sonores (car au cas où vous l’ignoreriez, cà se peut pas du son dans l’espace… oui, je suis sérieux.)
 
 
 
 
"Don’t You Forget about Me" de Simple Minds dans The Breakfast Club (1985)
Ce mégahit est personnellement ma chanson préférée des années 80. Ce film de John Hugues, récemment décédé, est aussi un classique. Tous ses films comportent des chansons new wave fort mémorables tel "If You Were Here" des Thompson Twins dans Sixteen Candles et "Oh Yeah" de Yello dans Ferris Bueller’s Day Off.
 
 
 
                         "…hey, it wasn’t me who farted…"
 
 
"What a Wonderful World" de Louis Armstrong dans Good Morning Vietnam (1987)
Une chanson d’une beauté tout simplement exquise utilisée dans une scène montrant le chaos régnant à Saigon durant la Guerre du Vietnam. Ce choix nous change du Jimmy Hendrix et du CCR que l’on entend habituellement dans les films sur ce sujet.
 
 
             "…it’s hard finding a guy named Charlie here.
                    They’re all named Nguyen or Tran…"
 
 
"Layla" de Derek and the Dominoes dans Goodfellas (1990)
La fin instrumentale de cette chanson au piano se déroule en démontrant que Jimmy Conway (DeNiro) a liquidé tous ses anciens partenaires et on peut voir les cadavres s’empiler. La chanson est comme le beau temps avant l’orage annoncé.
 
Lien (la chanson commence à 2:40): http://www.youtube.com/watch?v=qrVG92142QM
 
 
 
"Girl, you’ll be a Woman Soon" par Urge Overkill dans Pulp Fiction (1994)
Bien que le "Mirsilou" du générique a marqué le milieu des années 90, pour moi la meilleure chanson est celle-ci alors que Vincent et Mia reviennent de leur sortie. Elle mène inévitablement à la cocasse scène d’overdose. Elle est un cover d’une chanson de Neil Diamond où l’originale est moins bonne.
 
 
 
 
"Wise Up" d’Aimee Mann dans Magnolia (1999)
Un moment un peu bizarre de ce grand film de PT Anderson (Boogie Nights, There Will Be Blood) où la majorité des personnages fredonnent cette chanson qui semble passer à la radio durant la scène. Tous sont au bout du rouleau et cet hymne porte le message "réveillez-vous!". Elle relie ces histoires parallèles et prépare le terrain pour la fameuse "pluie de grenouilles". C’est une excellente chanson de l’ancienne leader de Til Tuesday qui nous avait donné "Voices Carry" dans les années 80.
 

 
 
 
"Spybreak" des Propellerheads dans The Matrix (1999)
La fabuleuse scène du lobby où Trinity et Neo dégomment une vingtaine de policiers est parfaitement accentuée par ce hit techno qui était très hip il y a 10 ans.  Il est imposible de ne pas associer automatiquement ce thème à cette scène. Malheureusement, tout ce techno s’en vient de plus en plus lassant (tout comme le bullet time) de nos jours.
 
 
 
 
"Tiny Dancer" d’Elton John dans Almost Famous (2000)
Le lendemain d’une grosse fête, les membres du groupe Stillwater embarquent dans leur autobus de tournée, un peu déprimés. Ils chantent alors ce classique et peu à peu, leur bonne humeur revient. Je ne sais pas trop pourquoi mais cette chanson évoque chez moi une profonde nostalgie de cette époque (que je n’ai pourtant pas vécu!) Frissons garantis.
 
 
 
  
"The Lonely Shepherd" de Zamphir Dans Kill Bill Volume 1 (2003)
Sérieusement, seul Quentin Tarantino peut rendre le quétaine cool. Cette chanson passait à la radio durant mon enfance et était pour moi synonyme de 105.7 Rythme FM, ce poste de radio qui passe toutes ces chansons endormantes qui jouent au Jean-Coutu le soir. Et pourtant dans ce film, "The Lonely Shepherd" fait très Western-Spaghetti. Elle est épique. À la sortie du film j’avais deux pensées: Uma est hot et Zamphir rocks!
 
 
 
 
"Just Like Honey" de Jesus and Mary Chain dans Lost in translation (2003)
On ne sait pas ce que murmure Bob à l’oreille de Charlotte à la fin du film, mais cette chanson nous laisse sur une note à la fois joyeuse et mélancolique alors que leur idylle (amicale) prend fin, mais qu’on sait que tout va bien aller de chacun de leur coté.
 
 
 
 
 
 
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s