Mini-Critique: Avatar 3D (2009)

Publié: décembre 24, 2009 dans Mini-Critique
De James Cameron avec Sam Worthington, Zoe Saldana, Sigourney Weaver, Stephen Lang et Michelle Rodriguez. 
 
En l’an 2154, un marine paraplégique part en mission sur Pandora, une planète avec un écosystème hostile habité par une les "Na’vi", une tribu sauvage en parfaite harmonie avec la nature. Il se voit offrir l’occasion de transférer son esprit dans un "avatar", un corps extra-terrestre contrôlé à distance, lui permettant de cotoyer ces indigènes dans le but de savoir de comment s’en débarrasser. Voyant la sauvagerie humaine à l’égard des Na’vis, il devra alors choisir de quel côté se battre.
 
Je ne sais pas trop quoi ajouter qui n’a pas déjà été mentionné des milliers de fois par les autres cinéphiles. Oui, l’histoire sent le réchauffé (Pocahontas, Dances with Wolves). Les dialogues sont boiteux et le film est un brin pompeux. James Horner (le compositeur) se copie lui-même et parfois on a l’impression que le thème de Titanic va resurgir de nulle part.  
 
Par contre, James Cameron sait comment réaliser un film, il n’y a aucun doute là-dessus. Avatar est le film le plus spectaculaire et le plus satisfaisant visuellement depuis The Return of the King. Il FAUT voir ce film en 3D ce qui procure une immersion totale. La jungle de Pandora rappelle un peu Skull Island dans le King Kong de Peter Jackson. Les personnages sont peut-être caricaturaux mais attachants et bien interprétés surtout par Zoe Saldana, la Uhura du dernier Star Trek. Les Na’vis ne sont pas réussis à 100%, mais la lacune n’est pas technique mais plutôt au point de vue du design. Il faut un peu la participation du spectateur pour croire à ces grands schtroumpfs de 12 pieds. Néanmoins, les voir en 3D les rend crédibles puisqu’on se sens là avec eux. La bataille finale est époustouflante (et c’est à çà qu’aurait dû ressembler la bataille des Gungans dans The Phantom Menace.) J’aime que la facture du film reste "classique". Pas de shaky-cam, pas de plan séquences ultra-rapides ou trop rapprochés. On comprend bien l’action, et c’est rare dans les films du genre de nos jours.
 
Du grand divertissement!
 
Vu au cinoche
8.5 / 10
 
                      "Jake, you’re stepping on my tail…"

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s