Des enfants qui ne nous tapent pas sur les nerfs

Publié: janvier 8, 2010 dans Les meilleures scènes
Bien que j’adore les enfants dans la vraie vie, je déteste quand ces mômes sont pluggés dans un film pour des raisons nébuleuses (souvent pour attirer un plus grand public, je suppose). Par exemple, les enfants dans Jurassic Park; John Connors dans T2: Judgment Day; Le ti-cul dans Star Wars Episode I ; Short Round dans Indiana Jones and the Temple of Doom (visiblement attaché au scénario pour plaire aux enfants alors que le film est le premier à jamais recevoir la cote PG-13) ; Tous les enfants dans les films catastrophes (la seule chose pire qu’eux est le chien survivant au cataclysme, recevant ainsi les applaudissements de la foule alors qu’on oublie que des milliers d’humains viennent de cramer il y a quelques minutes.)
 
Les enfants au cinéma sont souvent démontrés comme étant de petits morveux (Kindergarden Cop, Yours Mine and Ours, Dennis the Menace) ou plus futés qu’ils ne devraient l’être (Data dans The Goonies ou Lex dans Jurassic Park qui connaît le système d’exploitation Unix.) Par chance, certains sont inoubliables et pas caricaturaux. Voici mes préférés:
 
Elliot Taylor (Henry Thomas dans E.T. The Extra-terrestrial, 1982)
Pas étonnant que tous les gamins des années 80 se sont identifiés à lui (ce qui est requis pour croire à cette bibitte en caoutchouc.) Pour moi, il représente l’un des enfants les plus réalistes que j’ai vu à date. Cherchant l’acceptation des autres, l’aventure, un peu troublé et émotif. En plus il a un beau BMX. Pendant que j’y pense, il partage les même initiales qu’E.T. Faut voir l’époustouflante audition qu’a donnée Henry Thomas pour obtenir le rôle. C’est fort touchant.
 
"….wow! Do ALL your extremities light up like this?"
 
 
Wednesday Adams (Christina Ricci dans The Addams Family, 1991)
Quel personnage hilarant et parfaitement interprété avec un humour pince-sans-rire par cette actrice au visage particulier.
 
 
                     "…your girl scout cookies…
              are they made from real girscouts?.." 
 
 
Flora McGrath (Anna Paquin dans The Piano, 1993)
La jeune femme mieux connue pour son rôle de Rogue dans X-Men a débuté dans ce film de Jane Campion à 11 ans… et a décroché l’Oscar du meilleur rôle de soutien féminin (à la place de Winona Ryder pour The Age of Innocence et Dieu sait si cette défaite n’a pas mise cette dernière sur la voie de la débauche). On peut présentement voir Paquin, bien développée, dans la série True Blood.
 
 
 
Max (Max Records dans Where the Wild Things Are, 2009)
Je n’ai pas encore vu cette adaptation des livres de Maurice Sendak, mais considérant qu’il est acclamé comme l’un des meilleurs films sur ce que signifie être un gosse, j’assume que Max doit être inoubliable. Je suis certain que je vais adorer cette oeuvre de Spike Jonze (Being John Malkovich) et qu’elle fera ressurgir l’enfant en moi (bon, certaines langues sales diront qu’il n’a jamais totalement disparu.)
 
 
 
 
Danny (Danny Lloyd dans The Shining, 1980)
Un autre personnage éponyme. Malgré sa coupe René Simard (porté aussi par Boxey dans la série Battlestar Galactica), le jeune acteur est crédible dans son rôle, probablement parce qu’il n’avait rien d’autres à faire à part rouler en Big Wheel et crier "REDRUM!!!! REDRUM!!!!". Avouez que çà vous fout les jetons tout de même.
 
       "…oh God, not another Kate Hudson movie!…"
 
 
Cole Sears (Haley Joel Osment dans The Sixth Sense, 1999)
L’une des meilleures performances d’enfant capturée à l’écran, malgré que ce rôle (nominé aux Oscars) tend à être de plus en plus ridiculisé depuis la dernière décennie. Ce gamin parlant aux fantômes est à la fois creepy et touchant. Regardez la scène où il implore le pédiatre (Bruce Willis) de ne pas le laisser tomber. Il est capable de faire verser une larme à ce pauvre Bruce, lui qui est normalement pas du tout un acteur que l’on pourrait considérer émotif.
 
            "….I see … a WII for my birthday…"
 
 
Harry, Hermione et Ron (Daniel Radcliffe, Emma Watson et Rupert Grint dans Harry Potter and the Sorcerer’s Stone, 2001)
Chris Columbus a peut-être réalisé le chapitre le plus infantile de la série mais a quand même eu un casting de génie reflétant très bien les personnages du livre. Ils sont attachants et perfectionnent leur art en vieillissant. Sérieusement, y’a t-il une nerd plus marrante qu’Hermione?
 
 
    ",,,wow! You made Neville’s pants disappear!"
 
 
Claudia (Kirsten Dunst dans Interview with the Vampire, 1994)
Ici, c’est précisément le fait que le personnage est une enfant qui rend cette petite vampire assoiffée de sang effroyablement efficace.
 
 
 
Carol Ann Freeling (Heather O’Rourke dans Poltergeist, 1982)
Avec Drew Barrymore dans E.T. elle est probablement la petite fille la plus adorable au grand écran. C’est triste que l’actrice soit décédée si jeune.
 
   "…somebody get that f*ck’n clown off my bed!!…"
 
 
Gordie, Chris, Teddy et Vern (River Phoenix, Wil Wheaton, Corey Feldman et Jerry O’Connell dans Stand by Me, 1986)
Quatres jeunes gamins qui partent à l’aventure retrouver un cadavre dans l’adaptation de la nouvelle The Body de Stephen King (tiré du même livre que The Shawshank Redemption et Apt Pupil) C’est empreint de nostalgie.
 
                   "….so anyone brought a Playboy?…"
 
 
Jamie Graham (Christian Bale dans Empire of the Sun, 1987)
Vous avez surement oublié ce film pompeux de Spielberg et le fait que c’est le Batman actuel qui incarnait le petit Anglais prisonnier dans un camp de concentration japonais. N’empêche que déjà à son jeune âge, Bale démontrait une intensité hors du commun.
 
      "…thank God, Burger King is at the next block!"
 
 

Regan (Linda Blair dans The Exorcist, 1973)
Je suppose qu’au lieu d’avoir à la maison une petite fille qui me vomit ma soupe au visage, un petit morveux du genre Maculay Culkin dans Home Alone serait préférable… mais laissez-moi y penser un peu.

 
 
           "…but you told me to go play in my room!…"
 
commentaires
  1. Alpha dit :

    "La seule chose pire qu\’eux est le chien survivant au cataclysme, recevant ainsi les applaudissements de la foule alors qu\’on oublie que des milliers d\’humains viennent de cramer il y a quelques minutes" … Tellement vrai ! Mais, après tout, on ne les connaissait pas les humains qui ont cramé, hein ? Alors c\’est normal de les oublier si vite😀 Très chouette article, en passant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s